28/09/2017

La continuité écologique est rétablie aux îlons

25/09/2017

Les travaux de restauration de la Chalaronne aux Payes (Châtillon) sont en cours !

24/11/2016

Le rapport d'activité 2015 du SRTC est disponible !

Les étangs

Il existe environ 397 étangs au sein des Territoires de Chalaronne, représentant une superficie totale de 3 900 ha (soit environ 11,4% du territoire).

Les précipitations en Dombes demeurent la seule source d'approvisionnement en eau des étangs mais ne suffisent pourtant pas à les remplir complètement. L'homme a donc construit un système ingénieux pour permettre leur remplissage. Souvent disposés en chapelet ou superposés, les étangs communiquent tous entre eux par un réseau de fossés, se vidant les uns dans les autres, permettant une sorte de recyclage de l'eau : ce sont les « chaînes d'étangs ».

Ce fonctionnement particulier induit un ensemble complexe de droits d'eau ayant évolué durant les siècles, mais restant toujours d'une grande importance.

Quelles que soient sa taille ou ses dimensions, l'étang dombiste est toujours construit selon le même schéma :

Fonctionnement schématique d'un étang de Dombes
(source : www.ifrance.com/etangs/etangsschema.htm)

  1. L'embie est la zone d'alimentation en eau de l'étang.
  2. Le Fossé de détournement ou rivière de ceinture permet de détourner les eaux pour que l'étang garde le même niveau. Il lui permet également d'être indépendant des étangs supérieurs auxquels il doit le droit de passage des eaux. Peu d'étangs en sont munis en Dombes centrale. Il peut être barré par des empellements ou des batardeaux qui réorientent l'eau vers les prises de l'étang.
  3. Le bief principal et
  4. les biefs secondaires. Ils sont destinés à l'écoulement des eaux soit lors de la vidange de l'étang, soit en période de pluie lors de l'assec. Le bief principal suit la ligne de Talweg de l'étang.
  5. La pêcherie est une cuvette en forme de poire, creusée à l'aval du grand bief, devant le thou. Le fond est généralement plus bas que la semelle du thou, de sorte qu'elle est toujours remplie d'eau. La pêcherie permet de stocker les poissons lors de la vidange de l'étang.
  6. Le thou : Il s'agit d'un élément situé au plus bas de la chaussée. Anciennement en bois, il est aujourd'hui construit en béton armé. Le thou permet de retenir ou de lâcher les eaux.
  7. L'ébie ou trop plein est une ouverture pratiquée le plus souvent à l'une des extrémités de la chaussée. Elle est constituée d'un seuil et d'une grille empêchant la fuite des poissons.
  8. Le gour est un petit bassin situé derrière la chaussée. Il sert à retenir le poisson qui aurait réussi à s'échapper lors de la vidange de l'étang.
  9. La chaussée est l’élément essentiel : elle permet de retenir l’eau en amont. C’est une digue construite en terre imperméabilisée. Les dimensions de la chaussée sont variables selon la largeur et la profondeur de l’étang. Cependant, sa partie supérieure mesure généralement environ 3 m de large et sa partie inférieure 8 à 9 m. Elle dépasse le niveau des eaux de 30 à 80 cm.

Ces étangs ont été créés à partir du XIIIe siècle lorsque la Dombes était un grand marécage. Ils sont alors exploités à des fins piscicoles. C'est à cette même époque que naît un système d'exploitation agro-piscicole alternant assec et évolage, tradition encore respectée aujourd'hui en Dombes.

Etang Chalaret en assec (Commune de Bouligneux)
Source : SRTC, 2010

La phase d'évolage consiste en la mise en eau des étangs pendant deux à quatre ans pour la pisciculture. Une vidange annuelle permet la pêche de l'étang d'octobre à mars.

La phase d'assec consiste à assécher l'étang pendant un an pour cultiver des céréales, historiquement l'avoine remplacée actuellement par le maïs.

L'alternance des phases d'assec et d'évolage permet d'une part de limiter le comblement de l'étang par la vase et la végétation et d'entretenir les ouvrages relatifs au fonctionnement de l'étang, et d'autre part de limiter les apports d'engrais grâce à une terre bien fertilisée par la matière organique déposée par l'étang.

La pisciculture extensive caractérisant la Dombes n'est plus une activité rémunératrice comme elle a pu l'être au cours des siècles passés. La filière piscicole dombiste semble notamment menacée par la concurrence étrangère et par la prédation aviaire à laquelle participent les cormorans. Toutefois, elle demeure une pratique qui fonde l'identité de la Dombes.

Aujourd'hui, la production piscicole varie entre 1 500 et 2 000 tonnes par an sur l'ensemble de la Dombes, représentant 21% de la production nationale, soit la première région française productrice de poissons d'étangs. Les principales espèces de poissons élevés sont des cyprinidés (carpe, tanche, gardon, rotengle) et dans une moindre mesure le brochet car les étangs dombistes sont peu profonds, avec une température de l'eau assez élevée et un fond plus ou moins vaseux. La productivité d'un étang peut osciller entre 0 et plus de 700 kg de poissons à l'hectare selon les étangs et les années.

Dans 20% des cas, c'est un agriculteur fermier qui assure l'exploitation de l'étang. Le restant appartient à d'autres propriétaires qui ne vivent généralement pas en Dombes.

Actuellement, l'activité cynégétique supplante l'activité piscicole. Essentiellement privée, elle contribue à un flux financier important mais difficilement quantifiable, qui tend à alimenter une forte pression sur le foncier et à favoriser la remise en eau d'anciens étangs. La chasse constitue donc le troisième revenu de l'étang après la pisciculture et l'agriculture, mais c'est de loin l'activité la plus rentable. Elle contribue également à diminuer la fréquence des assecs puisque les étangs doivent être maintenus plus longtemps en eau pour maintenir le gibier d'eau. Les conséquences sont visibles, notamment en termes d'envasement et de développement facilité d'espèces invasives.


Page précédente : Bassin versant
Page suivante : L'agriculture